Le palmarès des radars les plus « méchants » !

Un petit moment d’inattention, un panneau avertissant la présence d’un radar fixe à proximité, le pied qui s’enfonce un peu trop sur la pédale d’accélérateur et… c’est le flash ! Tour de France des machines à contravention les plus rentables pour l’État.

Ne criez pas au loup, les radars sont très utiles. Et pas seulement pour l’État, qui a empoché la bagatelle de 730 millions d’euros en 2012 grâce aux plus de 4 000 cabines disséminées sur le territoire. Non, c’est aussi un outil de prévention routière plutôt efficace qui, d’après une étude récente, aurait permis d’éviter 62 000 accidents l’an dernier et de sauver 15 000 vies.

Avec 21,2 millions de flashs annuels, soit 58 000 chaque jour, c’est le minimum !

90 et 110 km/h, les vitesses pièges

Dans le détail, ce sont les automobilistes du Rhône qui arrivent en tête du palmarès, avec 826 520 flashs par an, devant le Nord et les Alpes-Maritimes. Joli tir groupé de l’Île-de-France, qui place quatre départements dans le top 10 : l’Essonne en 4, les Yvelines en 5, le Val-de-Marne en 8 et Paris en 9. Mais le radar le plus actif se situe en Indre-et-Loire, sur l’A10 au niveau de Tours, dans le sens Bordeaux-Paris, avec une moyenne de 444 amendes par jour, alors que la vitesse est limitée à 90 km/h sur ce tronçon-piège. D’ailleurs, 8 des 10 radars qui flashent le plus en France sont disposés au niveau d’une autoroute, sur des tronçons limités à 90 ou 110 km/h. L’explication est simple : après parfois plusieurs heures à circuler avec une autorisation jusqu’à 130 km/h, c’est difficile de retrouver un rythme de vitesse moins élevé !